Reportage

Comme les cours, les portes ouvertes deviennent virtuelles

Léna Vulliez
Léna Vulliez

Face à une situation inédite, place à la réinvention. Depuis début avril, les portes ouvertes de HETIC se déroulent en ligne. Comment visiter une école depuis chez soi ? Les étudiants de HETIC Newsroom ont participé à l’expérience.

Publié le 3/05/2020 — Temps de lecture 3 min

Des portes ouvertes 2.0. C’est par l’intermédiaire de la lettre d’information de HETIC, envoyée toutes les deux semaines, que les héticiens ont été prévenus de l’organisation des portes ouvertes virtuelles (POV). Elles nécessitent la présence d’étudiants, pour répondre aux questions des personnes intéressées par l’école. Ils sont invités à se rapprocher de l’administration, s’ils souhaitent participer à cet échange avec les potentiels futurs élèves de HETIC.

Denys Chomel et Elisabeth Boukris, le responsable des admissions et la directrice des études à HETIC, lors des portes ouvertes virtuelles du 18 avril. (Capture d’écran © DR)

Une seule consigne

Les héticiens qui ont manifesté leur intérêt ont été contactés par mail la veille de l’événement, pour les POV du 18 avril dernier. Pas de surprise pour eux : l’événement se déroule sur Blackboard Collaborate, la plateforme qu’ils utilisent déjà depuis le 16 mars pour suivre leurs cours en ligne. Une seule consigne est donnée aux étudiants. Elle concerne la façon d’enregistrer son identité sur l’outil. Une nomenclature commune à tous les héticiens permet de les démarquer du premier coup d’œil des non-héticiens, notamment grâce à un badge de l’école.

Les POV débutent par une présentation générale de HETIC par les membres de l’administration : organisation de l’école, modalités d’inscription et enfin présentation des différentes filières. Interviennent tour à tour Frédéric Sitterlé, le directeur général, Denys Chomel, cofondateur et responsable des admissions, et Elisabeth Boukris, directrice des études. Puis vient la formation d’une quinzaine de salles virtuelles, qui correspondent aux différentes filières, à la vie étudiante ou encore à la prise de rendez-vous pour postuler à HETIC.

La charge de travail

Aussi bien les visiteurs que les héticiens qui participent aux POV sont alors libres de se “balader” dans cette quinzaine de salles. Les étudiants se rendent généralement dans celle qui correspond à leur cursus, pour pouvoir interagir avec les visiteurs et répondre à leurs interrogations, leur parler de leur expérience à HETIC.

Outre la messagerie instantanée, les échanges audio et vidéo, la plateforme des portes ouvertes virtuelles permet la projection et le partage de documents. (Capture d’écran © DR)

Dans les salles des filières, des référents pédagogiques et des intervenants sont également présents. Parmi les questions les plus fréquentes des visiteurs, il y a celles du contenu des cours, du parcours des étudiants avant d’intégrer HETIC ou encore de la charge de travail. Certaines concernent aussi la vie étudiante, mais de manière secondaire.

Surprise des étudiants

Parmi les points forts de ces POV, il y a la possibilité d’attirer un public nouveau, qui n’aurait pas pu se rendre à une journée portes ouvertes “physique” au campus de Montreuil, comme par exemple ceux qui vivent en province ou à l’étranger. Par ailleurs, le virtuel facilite la communication pour certaines personnes timides, qui peuvent s’exprimer si elles le souhaitent par écrit, via la messagerie instantanée (chat).

Alors qu’il aurait pu sembler compliqué de “visiter” une école, ce système en ligne est, à la surprise des étudiants eux-mêmes, très dynamique. Il faut néanmoins faire face aux quelques aléas du direct, comme la fermeture impromptue de salles, ou encore des problèmes de connexion. De plus, la distance physique rend quand même l’échange plus compliqué.

De nouvelles cibles

Les POV de HETIC sont un succès. Mais ce principe va-t-il perdurer une fois la période d’épidémie passée ? Ce pourrait être le cas dès la rentrée de septembre. C’est un nouveau dispositif possible, pour de nouvelles cibles, qui pourraient être intéressées par ce système de visite à distance, même en dehors des contraintes de confinement. La réponse dans quelques mois.