Interview

Emilie Robert, le visage derrière le Hub HETIC

Joshua Tabakhoff
Joshua Tabakhoff

Pilier de la vie associative à HETIC, Emilie Robert - future diplômée de la P2021 - est co-fondatrice & responsable Incubateur du Hub HETIC. À l'approche de la période estivale, Emilie revient sur son année au sein du Hub HETIC et nous éclaire sur son parcours et ses ambitions.

Publié le 14/06/2021 — Temps de lecture 10 min

En 2018, tu as rejoint HETIC en Prépa Mastère Digital et tu t’es immédiatement investie dans la vie associative de l’école, notamment avec le projet Peer-to-Peer puis la création du Hub HETIC début 2020.
Qu’est-ce qui t’as motivé à mettre en place ces différentes initiatives ?

Lorsque je suis arrivée à HETIC, j’ai tout simplement eu le sentiment d’être à ma place. Je suis une personne qui aime être challengée et qui, à l’inverse, déteste s’ennuyer. J’aime être sur plusieurs projets en parallèle, même si je n’ai pas forcément les compétences au départ. C’est, au final, au travers de différents projets que l'on découvre de nouvelles choses et que l’on apprend énormément.

Quelques mois passent et je m’aperçois que les étudiants en reconversion professionnelle, de l’ancien MBA e-Business & Management, ont besoin de soutien dans certaines matières comme le Développement Web et l’UX/UI Design. J’ai donc fédéré les étudiants de ma promotion qui avaient envie de transmettre leurs compétences et j’ai organisé des cours de soutien sur plusieurs semaines pour les aider à préparer leurs partiels. C’est comme cela qu’est né “Peer-to-Peer”.

Mon leitmotiv est d’accompagner, de conseiller... en mobilisant absolument tout ce qui est possible. Début 2020, j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup d’entrepreneurs à HETIC et qu’il était nécessaire de créer une structure pour les accompagner dans leurs projets. C’était la naissance du Hub HETIC et de son Incubateur, co-créé avec Serhat Yildirim [ndlr : lire l’interview de Serhat] qui s’occupe de la partie Pôle Innovation.

Au sein du Hub, tu gères la stratégie de marque globale (communication, événements, partenariats, etc.) ainsi que l’Incubateur. Comment vous êtes-vous organisés ?

Lorsque l’initiative du Hub a été évoquée et que nous avons décidé de le construire pleinement avec Serhat, il était au début nécessaire de définir les objectifs, les activités et la stratégie de marque du Hub HETIC.

J’ai donc au départ, avec la mobilisation d’un designer et de deux développeurs, élaboré la charte graphique et lancé notre site web. S’est ensuivi courant septembre 2020 le lancement de notre page LinkedIn ainsi qu’une newsletter pour la communication interne et externe.

Puis en novembre, j’ai décidé de créer un premier mandat. Il a donc fallu recruter et gérer une équipe constituée de 6 personnes.

Depuis janvier 2021, nous avons préparé, organisé et animé divers événements : 6 webinars, 1 table ronde et 2 ateliers. Nous avons également accompagné 4 entrepreneurs (pour 3 projets) et apporté plusieurs projets pédagogiques à impact pour le compte de la pédagogie de l’école HETIC. Une série de partenariats a également été mise en place avec des institutions et des associations pour proposer aux héticiens des missions à impact sur le bien commun ou des ateliers sur, par exemple, le leadership.

En ce qui concerne les entrepreneurs, la session de recrutement s’est achevée fin novembre avec beaucoup de candidatures. Nous avons effectué des entretiens pour mieux comprendre le projet porté, voir si le contact passait avec les candidats et savoir quelles étaient leurs attentes vis-à-vis de l’Incubateur.

Quels accompagnements ont-ils reçu du Hub HETIC et de vos partenaires ?

Ils sont accompagnés depuis le 1er décembre et ce jusqu’à juillet (date de lancement officielle de deux applications), soit pendant un peu plus de sept mois, dans toutes les étapes clés de leur projet et de manière personnalisée. Ils n’ont en effet pas tous le même état d’avancement dans leur projet et donc pas les mêmes besoins en termes d’accompagnement.

Les événements que nous avons organisés sont principalement construits dans l’idée de répondre à leurs questions actuelles sur des thématiques précises comme la Stratégie de communication, les RH, le RGPD, etc. ou bien tout simplement de leur apporter des retours d’expérience d’entrepreneurs accomplis.

BPI France nous a fait l’honneur de réaliser une session de coaching via leur pôle Digital Venture pour challenger et conseiller nos entrepreneurs vis-à-vis de leur pitch deck.

Finalement, l’objectif du Hub est de faciliter l’accès à des ressources auxquelles les entrepreneurs n’ont pas forcément accès : investisseurs, entrepreneurs, experts… Certains ont en effet bénéficié de coachings personnalisés en UX Design ou en Business.

En parallèle, nous restons à leur disposition 7j/7 en prenant soin de faire des points bi-mensuels pour suivre l’avancement du projet, récolter les besoins mais également les soutenir si des moments de doutes surviennent.

Qu’est-ce que cette expérience t’a apporté ?

Le Hub HETIC m’a permis d’affirmer mes compétences en stratégie de marque, d’accroître mon réseau professionnel et de découvrir de nouvelles choses. J’aime sortir de ma zone de confort : être challengée, fédérer, gérer (l’organisation d’événements ou le développement de partenariats) et en apprendre toujours davantage, comme j’ai pu le faire ici, sur l’écosystème startups et de manière plus générale l'entrepreneuriat.

L’aventure du Hub HETIC m’a aussi appris à manager une équipe de 6 personnes : répartir la charge de travail, apprendre à déléguer, écouter les envies de chacun en termes de missions et s’adapter à leur organisation. La communication et la transparence sont primordiales pour moi, autant d’un point de vue professionnel que personnel.

D’ailleurs, cette expérience a été très bénéfique pour deux membres de mon équipe qui ont trouvé leur stage de fin d’année en partie grâce à leur poste au sein du Hub HETIC ! Participer à la vie associative de son école peut toujours être une plus-value sur un CV, mais le fait d’avoir su les faire monter en compétences et augmenter leur employabilité était un de mes objectifs lorsque j’ai constitué ce mandat. C’est donc pour moi une belle réussite !

Comment t’es-tu organisée pour gérer la charge de travail et atteindre tes objectifs, avec en parallèle un stage de fin d’année puis une alternance ?

Pour commencer, ma carrière a toujours été un moteur pour moi. Je ne perçois pas le travail comme une nécessité pour vivre mais comme un moyen d’accomplir ce que l’on aime et de s’accomplir soi-même.

On dit souvent que je suis “une machine” et que je peux encaisser une charge de travail très conséquente. Mais même si ma motivation est forte, j’ai bien évidemment appris à m’organiser au fil du temps, surtout avec l’alternance cette année. Je me suis observée pour trouver les moments de la journée où je suis la plus performante pour telle ou telle tâche, j’ai appris à anticiper, à prioriser et à être hyper réactive pour gagner du temps.

Cependant, même avec tout cela, il ne faut pas croire que tout était simple. Les résultats du Hub HETIC et de son Incubateur sont le fruit d’énormément d’investissement sur mon temps personnel depuis un an et demi.

Tu travailles aujourd’hui au Lab Urssaf en tant que Gestionnaire de projets. Que fais-tu au quotidien et quel est le lien avec tes activités au Hub ?

J’ai intégré l’Urssaf Caisse nationale en janvier 2021 en tant que Gestionnaire de projets Acculturation Interne au sein de la Direction de l’Innovation et du Digital. Celle-ci a principalement pour rôle de piloter la transformation digitale du réseau des Urssaf et de promouvoir à la fois une culture digitale et des pratiques innovantes.

Parmi les nombreux projets et missions qui sont à ma charge, on peut mentionner la sensibilisation et la montée en compétences de +15 000 collaborateurs à travers la France sur des nouvelles technologies, outils digitaux, métiers émergents, mais également approches de travail (agilité, design thinking, management collaboratif, mindset entrepreneurial, etc.) via la mise en place de programmes d’acculturation mensuels et thématiques comme par exemple sur la Data & l’IA.

Je participe également à la mise en place d’un réseau de facilitateurs, au développement de l’Intrapreneuriat ou encore à l’amélioration du parcours d’onboarding à distance des nouveaux collaborateurs lié à la massification du travail à distance dû à l’épidémie, en utilisant comme méthodologie le Design Thinking.

C’est assez diversifié et c’est vraiment ce qui me plaît. Et puis, il n’y a pas de transformation digitale sans transformation culturelle. Au final c’est applicable, à mon sens, pour n’importe quel projet : il faut embarquer et accompagner les différentes parties prenantes pour augmenter la réussite d’un projet et cela se fait, par conséquent, dans des domaines très variés.

Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur ton parcours, qu'est-ce qui t'a amené jusqu'ici ?

J’ai commencé mes études supérieures par un DUT Gestion des Entreprises et des Administrations - avec une double spécialisation en Management et Ressources Humaines  - en alternance dans un cabinet de conseil IT.

J’ai ensuite poursuivi à HETIC en Prépa Mastère Digital pour me “réorienter” dans le domaine du numérique. Puis, en arrivant dans cette école, je savais d’ores et déjà que j’allais avoir 3 nouvelles expériences professionnelles et ai donc volontairement choisi de les faire dans des types d’organisation différentes pour découvrir le fonctionnement d’une startup, d’une grande entreprise et de la fonction publique suite à ma première aventure en cabinet de conseil.

J’ai ainsi effectué mon stage de fin de PMD en Communication & Marketing dans une startup leader de la RHTech avant de continuer en Mastère Marketing Digital & UX Design, avec un stage de 6 mois au sein du journal Le Parisien en tant que Product Manager Web. Et, comme dit précédemment, je suis actuellement en alternance à l’Urssaf Caisse nationale.

Mon parcours est atypique, mais j’en suis fière. Il m’a donné l’opportunité de découvrir des cultures d’entreprise, des environnements et des métiers différents qui m’ont sans aucun doute permis de me construire.

Qu’est-ce que tu envisages pour la suite de ta carrière ?

Je souhaite devenir experte en conduite du changement afin d'accompagner au mieux toutes les parties prenantes des projets de transformation d’une organisation, qu’ils soient digitaux ou organisationnels.

J’envisage de continuer potentiellement dans l’administration publique voire d’intégrer la vie politique. À mes yeux, l’intérêt général apporte beaucoup de sens dans mon travail et j’aurais alors, là, certainement une ou deux causes pour lesquelles je serais particulièrement investie.

Je n’écarte bien évidemment pas la possibilité de rejoindre un grand groupe ou un cabinet de conseil qui me permettrait de diversifier mes expériences à travers plusieurs secteurs d’activités.

Et en parallèle de tout ça, j’ai envie d’avoir des engagements auprès de structures et réseaux qui soutiennent l'égalité femmes-hommes au sens large, la promotion des femmes dans la tech ainsi que la parité en entreprise.

Tu seras diplômée fin 2021 avec près de 3 ans d’expérience en entreprise, en plus de tes engagements associatifs. Quels conseils donnerais-tu aujourd’hui aux héticiens ?

Il arrive régulièrement que des étudiants d’HETIC, ou non, me contactent via LinkedIn pour échanger sur mon parcours et me faire part de leurs interrogations.

Ce qui m’a permis d’évoluer et d’être efficace, c’est que je ne me suis jamais contentée de remplir les missions qui m’étaient confiées. Je prends le temps d’observer et d’analyser l’environnement dans lequel je me trouve : comment l’entreprise est-elle organisée ? Quels sont les métiers présents ? Quels sont les processus mis en place et pourquoi ? Quelles sont ses valeurs ? Quel est le type de management ? Etc.

Cela permet en effet de prendre du recul sur son poste, de mieux comprendre le fonctionnement de son organisation et à terme, de pouvoir proposer de nouvelles façons de faire dans une future expérience professionnelle afin de reproduire un schéma que l’on a observé et qui paraît intéressant à reproduire là où nous nous trouvons. C’est aussi une technique qui permet d’en apprendre plus sur soi, de savoir ce qui nous convient ou, à l'inverse, ne nous convient pas.

Soyez ambitieux et efficaces : donnez-vous les moyens d’atteindre vos objectifs tout en restant bienveillants envers vous-même et envers les autres.