Interview

“HETIC nous donne les clés, à nous d'ouvrir le coffre !”

Arnaud Mège
Arnaud Mège

Organisé et productif. Tout en menant à bien ses études, en deuxième année du programme Grande École à HETIC, Romain Penchenat continue à développer des applications. Il anime aussi chaque semaine un podcast sur le design. Un pur produit héticien.

Publié le 21/05/2020 — Temps de lecture 5 min

Romain Penchenat a découvert l'entrepreneuriat en arrivant à HETIC l'an dernier, en première année du cursus Grande École. Il a développé trois applications : Loopsturn City Guide (outil pour optimiser ses visites touristiques), Ideas² (notebook) et Sésame. Ce gestionnaire de mots de passe a déjà été téléchargé plusieurs milliers de fois. Tous les projets de ce nouveau-venu dans l'open-source sont à retrouver sur son nouveau portfolio.

Page d'accueil du portfolio de Romain Penchenat, étudiant en deuxième année du programme Grande École à HETIC (Capture d'écran © DR)

Tu suis actuellement le programme Grande Écoleà HETIC. Comment organises-tu tes semaines, en tant qu’entrepreneur et étudiant ?

Romain Penchenat : Mes semaines sont en effet chargées. Entre mes missions freelance, mon podcast et mes cours, je dois m’organiser ! Mais mes projets viennent d’idées qui me passionnent. Je ne compte donc pas mes heures. Mon podcast ne me prend en réalité pas tant de temps que ça. Il ne s’agit finalement que de trois ou quatre heures par semaine, le temps d'enregistrer, de mettre en ligne sur les différentes plateformes, et de faire la communication qu’il y a autour. 

Comment l’idée de ce podcast, “Parlons Design”, t'est-elle venue ? Aujourd’hui, tu as fédéré une communauté…

Romain Penchenat : Ce podcast ? Au début, j’ai juste voulu tenter l’expérience. J’en écoutais déjà avant. Je me suis dis “Pourquoi pas ?” J’assumais mon côté amateur. Au début, je m'inspirais beaucoup des contenus designs qui m'entouraient pour m'en détacher au fur et à mesure de l'augmentation de mes compétences. Ma communauté est arrivée petit à petit.

Animé par Romain Penchenat, le podcast “Parlons Design” est disponible sur les plateformes de streaming, ainsi que sur YouTube. (Capture d'écran © DR)

Qu’est-ce que cela t’a apporté sur le plan personnel ?

Romain Penchenat : Majoritairement, un réseau. Sur un CV, montrer que tu animes un podcast chaque semaine, qui est suivi par des internautes, c’est un point extrêmement positif. Et puis dans ma communauté, j’ai pu discuter avec des personnes intéressantes, inspirantes. J’ai aussi pu faire des interviews de personnes que je n’aurais jamais cru pouvoir rencontrer. Je pense notamment à Jean-Louis Frechin, architecte et designer, fondateur de l'agence Nodesign.

Pourquoi as-tu choisi HETIC ?

Romain Penchenat : HETIC est un puits de compétences. J’ai été séduit par la présentation que l’on m’a fait. La direction qu’a pris HETIC m'a convaincu : mettre en avant l’aspect à la fois entrepreneurial et interdisciplinaire. Je recherchais ça, ce n’était fait nulle part ailleurs. Parmi les trois piliers de HETIC, deux m’intéressent davantage : le design et le développement. Le marketing n'était pas forcément ce qui m’intéressait de prime abord. Mais j’avais conscience que si je voulais entreprendre, je devais en connaître les tenants et les aboutissants. 

Mais si l'on n'a pas l’esprit d’entrepreneur ?

Romain Penchenat : C’est ce qui est plaisant à HETIC, surtout aujourd’hui. Chacun peut choisir d'exprimer ou non son talent, avoir de l’ambition, quel que soit son domaine de prédilection. HETIC ne force pas à entreprendre, mais met tout en oeuvre pour encadrer ceux qui le veulent.

Tu as créé Sésame, une application sur iOS, alors  que tu n’avais même pas eu de cours sur ce type de développement…

Romain Penchenat : J’ai en effet appris à programmer sur SwiftUI en autodidacte. J’ai suivi des cours sur le site de Purple Giraffe. C’est un investissement relativement correct, car les cours sont extrêmement complets. Des exercices sont mis à disposition. Il fallait réaliser un gestionnaire de mot de passe. Mon application Sésame était née...

Mais encore, raconte-nous comment ça s'est passé…

Romain Penchenat : Lorsque j’ai commencé cet exercice pratique, j'utilisais de mon côté un gestionnaire de mots de passe. Il était plutôt lent. Je me suis dit “pourquoi ne pas développer le mien” qui serait très simple, dont les données seraient locales et chiffrées, afin d'en protéger le stockage. L’utilisateur est propriétaire de ses propres données. Je me suis donc attelé à cela, et j’ai sorti la première version en mars 2019. L’application était entièrement gratuite. Grâce à ce que l’on appelle la “love money” — l'argent récolté auprès des proches et de la famille — j’ai pu mettre mon application à disposition sur l’Apple Store, car cela coûte 100 euros par an. 

Appli dédiée à la gestion des mots de passe, Sésame a été développée et designée par Romain Penchenat. (Capture d'écran © DR)

As-tu continué à fournir des mises à jour de l’application ? Est-elle encore en cours de développement ?

Romain Penchenat : Au bout de quelques mois, j’ai mis à disposition un achat in-app [au sein de l'application elle-même]. Pour 49 centimes par mois, la synchronisation via iCloud était alors disponible. Auparavant, la sauvegarde était en local, sur le smartphone. Si on changeait de téléphone, on perdait ses mots de passe. Il y a toujours des mises à jour de Sésame. J’ai notamment développé l’application pour qu’elle soit disponible sur Apple Watch. 

C'est le projet qui t'occupe le plus aujourd'hui ?

Romain Penchenat : Oui, j'ai récemment relancé Sésame, après avoir fini des projets en freelance et mis au point mon portfolio. J'avais décidé de mettre de côté l'appli, de ne plus trop travailler dessus car je n'en vendais pas assez. Puis je me suis dit que c'était dommage de passer à côté de ce produit. J'ai mis en ligne la fonctionnalité de synchronisation, et je me suis fixé un objectif financier à atteindre uniquement avec Sésame, en six mois. J'ai repris la communication sur l'appli. Si on tape “mot de passe” sur l'Apple Store, Sésame vient dans les premiers résultats de recherche. J'ai une visibilité bien plus grande qu'auparavant. 

As-tu anticipé ce que tu allais en faire ensuite ?

Romain Penchenat : Bien évidemment ! Sésame a des utilisateurs, et environ 25 téléchargements par jour en ce moment. La fonctionnalité de synchronisation commence à se vendre, même si le prix a augmenté. Chaque mois, j'obtiens donc un petit revenu passif. J'ai l'intention d'en faire un vrai business, avec un système d'abonnements et de relances. En somme, je vais appliquer toutes les connaissances en marketing que j'ai acquises à HETIC. Tout un symbole !

Quelle est la principale qualité d'un entrepreneur, que l'on pourrait retrouver chez les héticiens ?

Romain Penchenat : Être proactif. C’est une chose d’apprendre et d’acquérir des connaissances. Les appliquer en est une autre. HETIC nous donne les clés, à nous de les utiliser pour en ouvrir le coffre. Il faut donc passer à l’action !